Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Venez faire un bout de route avec nous...

C'est parti depuis juillet 2005
pour 15 mois 18 mois autour du monde


N'hesitez pas à laisser vos commentaires et à vous inscrire à la newsletter



CARNETS DE VOYAGE

Paris-Pékin

Asie du Sud-Est

Inde

Nle-Zélande

       

Indonésie

Mexique

Cuba

Equateur

       

                           Pérou

Bolivie

Chili

Argentine

       

Afrique

Itinéraire

 

Ou sommes nous ?

De retour en France,
Au Boulou



 
Ajouter à vos Favoris

Archives

Foto de la semana

 
Couscous, Tagine

& palmier
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 06:17




 

 

Cuba aura ete sans doute un des pays le plus en decalage avec l'idee qu'on s'en faisait. On peut presque parler de deception.

Cuba fait pourtant rever, le rhum, les cigares, la musique, les danses endiablees, la Havane, les plages des Caraibes,  la chaleur du peuple cubain. Sans parler de son histoire mythique : terre de revolution, Fidel Castro, le Che, l'anti-imperialisme ...

Tout ceci, qui est bien present, n'a pas eu pour nous la magie de plein d'autres endroits, et cache un quotidien encore plus difficile que ce qu'on imaginait.

A Cuba, tout est compliqué. A commencer par la monnaie, ou plutot faudrait il dire les deux monnaies officielles du pays : le peso cubain, qui ne vaut quasiment rien et qui ne permet pas d'acheter grand chose ; et le peso convertible (CUC) qui donne acces a beaucoup plus de produits, mais a des prix equivalents aux prix europeens. Par contre, peu de cubains ont acces au CUC dont la valeur est 25 fois superieure au peso cubain.

L'echelle de valeur des produits de consommation est tres difficile a apprehender. Par exemple, on trouve des sandwiches a 10 pesos cubains, alors que d'autres couteront 3 CUC, soit quasiment 10 fois plus cher pour un sandwiche a peine plus gros et pas meilleur. C'est parfois difficile de s'y retrouver.

Le CUC permet aussi d'eviter les queues interminables. En effet faire la queue est un veritable sport national ici. Les cubains font la queue pendant des heures pour tout : devant les rares boutiques, les rares restaurants, aux arrets de bus pour attendre les rares bus toujours bondes, et meme pour faire de l'auto-stop. Les voitures particulieres sont peu nombreuses, de meme que les bus, et la pratique la plus courante sur les routes de Cuba est donc de faire du stop. Pratique en partie reglementee avec des points officiels de ramassage d'auto-stoppeurs. Par manque de vehicules et du fait du prix excessif du carburant les transports en commun dans les villes de province se resument a des carioles a cheval.

 

Bref, on se rend vite compte que Cuba est une destination touristique difficile lorsqu'on est routard, et surtout tres chere. Comparativement au niveau de vie cubain, c'est demeusuré.

Les hotels sont tres chers. Il reste la possibilite de dormir chez l'habitant, mais sinon, il n'y a pas un hotel en dessous de 40 € la nuit, la plupart avoisinant plutot 100 €. Meme si Cuba s'est ouvert au tourisme, il s'agit essentiellement d'un tourisme de luxe. La plupart des gens venant ici en voyage organise, option tout compris, et ne font qu'effleurer la réalité du pays.

Concernant la nourriture, c est pareil. A moins de manger debout sur le trottoir tous les jours les memes pizzas et les memes sandwiches jambon - fromage, les restaurants sont tres vite chers. Encore une fois la difference du niveau de vie et de tout ce que peuvent se permettre les touristes par rapport aux cubains est enorme. Cela a pour consequence de mettre une barriere importante et de rendre tout contact sincere avec les cubains tres difficile. Cela explique les regards aigris envers les touristes qui depensent des sommes a peine imaginables pour beaucoup de cubains. Encore plus qu'ailleurs, les touristes sont considerés comme des dollars sur pattes et les arnaques sont nombreuses. La plupart des additions au restaurant sont majorées d'une erreur "involontaire" ; a la poste on vous vend des timbres non valables pour l'international a 25 fois leur prix ; dans les boutiques il faut toujours recompter sa monnaie ; et meme a la banque il manque souvent un billet sur le change.

 

Tout ceci lie a l'agressivite ambiante, ne nous a pas empeche de profiter de pas mal d'endroits comme la Havane, la campagne cubaine et ses paysages peuplés de manguiers, bananiers, arbres a ananas, les villes de Viñales et Trinidad et bien d'autres choses encore...

 

Nous aussi on n'a effleure qu'une partie des la realite cubaine, mais en aucun cas on ne regrette ces trois semaines passees la bas. Ce voyage aura ete tres instructif de bien des manieres. Voir la realite derriere un mythe, un peuple qui manque de beaucoup de choses et qui s'en sort comme il peut. Il existe pourtant des points positifs dans ce systeme, comme l'acces a l'education gratuit ainsi que l'acces aux soins medicaux qui est gratuit aussi. La réalité est un peu differente. Cuba se targue d'envoyer des médecins aux 4 coins du monde, ce qui est vrai, mais ce qu'ils ne precisent pas, c'est que ces médecins sont "échangés" contre du pétrole ou autre et qu'il n'y a plus assez de médecins a Cuba.

On a aussi ressenti un certain ras le bol de la loi de Fidel. Tout le monde semble attendre l'apres Fidel (qui fete ses 80 ans) en esperant que tout changera comme par magie. Un peu a la maniere de l'Espagne et l'apres Franco. En tout cas c'est l'exemple qu'on nous a donne. On l'espere de tout coeur pour eux...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Veromain - dans Cuba
commenter cet article

commentaires

Last News